<< Retour sur la page d´accueil

Cet exercice est propre à la personne qui déguste, il vaut ce que vaut le dégustateur c'est à dire qu'il est souvent subjectif.

Le plus dur est de décrire les sensations éprouvées et de donner un avis en termes clairs, sans se perdre dans des considérations poétiques ou en faisant référence à des parfums imaginaires.
L'amateur pense à tort que pour avoir le droit de parler du vin, il faut être capable presque à chaque dégustation d'identifier une AOC et son millésime, c'est une idée fausse et siela était le cas, bien peu de personne pourrait s'exprimer sur le sujet.

De même bannissons les cuisses, jambes qu'il était coutume d'utiliser avec un vigneron ou les références à une jolie femme étaient monnaie courante.
Ces inepties ont été bannies par les vrais dégustateurs mais malheureusement ont fait place à d'autres plus ridicule donnant actuellement au langage du vin une forme de préciosité: senteur de volaille échaudées, foutre de lièvre, osier, poudre de riz, sueur, tapenade, aspic, câpres, ..

La véritable dégustation est en passe de perdre toute sa crédibilité auprès des gens sérieux. Ces parfumeurs d'un nouveau style, avec toutes leurs sornettes, font plus de mal que de bien au vin de France. Utiliser un vocabulaire clair et précis, pouvant être compris de tous et surtout, parler du vin avec passion pour donner aux consommateurs envie de l'aimer.

Il existe tellement d'idioties sur le vin, écrites et publiées par les revues viticoles, qu'on ne sait plus recommander la moindre bouteille de vin sans l'accompagner d'une note de dégustation enjolivée par les commentaires dithyrambiques du parfumeur de service.
Cette recrudescence de référence aux divers parfums a donné naissance à un formidable outil de marketing, certains vignerons astucieux et peu scrupuleux n'hésitent plus à parfumer leurs vins en cours de fermentation! En leur donnant ce petit plus, certains récoltants sortent de l'anonymat, que malheureusement les nouveaux sommeliers en mal de découverte odoriférante, ne manquent pas d'exploiter.